23-08-2014
 
 
Les ÉFO dans la Seconde Guerre Mondiale : la question du ralliement et ses conséquences Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Rafiq   
05-11-2006
Index de l'article
Les ÉFO dans la Seconde Guerre Mondiale : la question du ralliement et ses conséquences
Page 2
Page 3
Page 4

Document 6 : Avis à la population annonçant le ralliement des ÉFO à la France Libre
2 septembre 1940
Affiche annonÇant À la population le ralliement des É.F.O. À la France Libre
et la constitution d'un gouvernement provisoire.

LIBERTÉ - ÉGALITÉ - FRATERNITÉ

ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DE L'OCÉANIE

AVIS À LA POPULATION

Répondant au sentiment intime de toute la population de la Colonie, Monsieur le Gouverneur promettait, le 25 Juin 1940, le rattachement des É.F.O. à nos ALLIÉS pour continuer la lutte contre l'envahisseur.
Cette promesse, diffusée par un avis à la population paru au Bulletin de Presse du 28 juin, n'était suivie d'aucune réalisation effective.
Bien au contraire:
1. Le Gouvernement local recevait et acceptait de recevoir du Gouvernement de Vichy des ordres dont l'origine allemande se révélait de plus en plus. Ces dernières semaines, cette soumission du Gouvernement de Vichy éclatait dans la forme des télégrammes dont certains commençaient par « sauf autorisation du Gouvernement allemand » et ne tendaient rien moins qu'à des actes d'hostilité vis à vis de nos ALLIÉS: « Saisie des bateaux alliés ou renseignements sur leur destination, refus de visa de sortie des ressortissants des pays envahis par l'Allemagne, etc. »
2. Le Gouvernement local passait à l'application des textes de Vichy, textes accompagnés de menaces de sanctions immédiates.
3. Le Gouvernement local laissait s'établir une propagande effective dirigée par un Comité dont le programme se décomposait en ces mêmes formules qui créèrent l'oppression des pays libres.
4. Les circonstances de l'Armistice et les conditions acceptées par le Gouvernement de capitulation nous étaient peu à peu connues, il devenait évident que: a ) Cette capitulation a mis dans les mains de nos ennemis, qui vont les utiliser contre nos ALLIÉS, nos armes, nos bateaux, notre or;
b ) L'espoir du Maréchal Pétain, de voir mettre fin aux hostilités de façon honorable et de ne se voir pas proposer des conditions d'Armistice déshonorantes était déçu;
c ) Le Gouvernement de Vichy apparaissait de plus en plus réduit à un état de complète soumission à l'ennemi qui lui enlevait toute liberté et tout droit de représenter les Français libres. Devant cette succession de faits, un Comité d'action pour une France Libre, formé le 24 Août 1944, obtenait rapidement l'appui des notables, des corps constitués et des représentants qualifiés de la population.
Le 31 Août, le Gouverneur refusant toujours de faire un acte de rattachement officiel au Gouvernement de la France Libre autorisait, sous la pression de l'opinion publique, un plébiscite local.
Le 2 Septembre anniversaire de l'ouverture des hostilités contre l'Allemagne, le résultat de ce plébiscite a été transmis à M. le Gouverneur.
La population unanime de Tahiti a déclaré approuver le manifeste du Comité «France Libre». Par 5564 suffrages contre 18, elle a décidé de reconnaître le Comité du Général de Gaulle comme Gouvernement de la France Libre et de poursuivre la lutte aux côtés de nos ALLIÉS.
Le Gouverneur ne voulant pas couvrir de son nom la manifestation de l'opinion d'une colonie unanime, a résilié ses fonctions.
Le Comité a offert à M. M. AHNNE, LAGARDE, MARTIN, membres du Conseil privé, et à M. BAMBRIDGE, maire de Papeete et président des D. E. F., de remplacer le Chef de la Colonie défaillant. Ils ont accepté la charge de former un Gouvernement provisoire.
Leur programme se résume en les points suivants: I. Reconnaissance officielle du Gouvernement du Général de Gaulle qui nous désignera alors un Gouverneur de son choix à qui le Gouvernement provisoire local remettra ses pouvoirs.
II. Abrogation immédiate de tous les actes du Gouvernement de Vichy parus au Journal Officiel de la Colonie, et rupture officielle des relations avec le Gouvernement de la France envahie. Rétablissement de la République Française.
III. Mesures intérieures de sûreté comportant surveillance des ressortissants allemands, des éléments perturbateurs, de tous individus susceptibles de créer une agitation malsaine. Sauf acte hostile au gouvernement provisoire, aucune atteinte à la liberté individuelle ne sera maintenue et le nécessaire sera fait pour que les personnes désireuses d'être rapatriées le soient, par voie neutre, dès que possible.
IV. Changement de direction de la politique extérieure de la Colonie par la reprise des relations diplomatiques avec le Gouvernement Britannique et la réouverture de son Consulat.
V. Redressement économique de la Colonie par la reprise des relations économiques avec la Nouvelle Zélande et l'Australie et par la réorganisation du service des affaires politiques et économiques. Le Gouvernement provisoire tient à assurer qu'il ne poursuit aucun but politique ou confessionnel. Son seul but était le rattachement de la colonie au Comité de la France libre du Général de Gaule et la poursuite de la lutte contre l'ennemi de toujours, c'est chose faite.
Le Gouvernement provisoire remercie la population pour son attitude digne et impeccable, remercie tous ceux qui prêtèrent leur concours pour assurer l'ordre et qui s'acquittèrent de leur tâche avec la plus grande correction. II compte sur tous pour que l'ordre public soit maintenu et que le calme continue à régner dans la colonie.

La vie publique continue,
Les Services publics continuent,La France demeure,
VIVE LA FRANCE LIBRE!
Le Gouvernement provisoire des É. F. O.
E. AHNNE, G. LAGARDE, E. MARTIN, G. BAMBRIDGE.


PAPEETE. IMPRIMERIE DU GOUVERNEMENT


Le document 6 est un avis à la population annonçant le ralliement des ÉFO à la France Libre. Il est affiché à Papeete et dans les districts de Tahiti et de Moorea. Ce document fondamental, rédigé en grande partie par de Curton, annonce officiellement le rattachement à de Gaulle et la formation d'un gouvernement provisoire. Il énonce dans une première partie les circonstances du ralliement, puis dans une seconde partie les membres constituants du gouvernement provisoire, ainsi que leur programme.

Document 7 : Proclamation du gouvernement provisoire le 3 septembre 1940
3 septembre 1940
Proclamation du Gouvernement dÉcrÉtant un jour fÉriÉ pour cÉlÉbrer l'avÈnement de la RÉpublique et le ralliement.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

LIBERTÉ- ÉGALITE - FRATERNITÉ

PROCLAMATION
Du Gouvernement provisoire de Tahiti

Le 4 septembre 1870, après la capitulation de Sedan, la déchéance de l'Empire et l'avènement de la 3ème république étaient proclamés par la volonté populaire.
Le 2 septembre 1940, la population de Tahiti affirmait la volonté de rester fidèle au régime républicain démocratique en se ralliant au Général de GAULLE et à l'Empire britannique.
Pour commémorer ces 2 évènements, le Gouvernement provisoire de Tahiti a décidé que le 4 septembre 1940 sera jour férié ; les bureaux et chantiers de l'Administration, les établissements scolaires seront fermés ; les maisons de commerce sont invitées à suivre cet exemple. Les établissements publics seront pavoisés.
Le Gouvernement provisoire invite toute la population à célébrer avec le calme et la dignité dont elle a fait preuve jusqu'à présent cet anniversaire qui, tout en étant un jour de fête, doit être également un jour de deuil en songeant à l'affliction et aux misères de la France opprimée par les régimes hitlérien et fasciste.
Le conseil provisoire
AHNNE - LAGARDE - MARTIN - BAMBRIDGE.

Le document 7 est une proclamation du gouvernement provisoire le 3 septembre 1940. Il est intéressant car il tente de légaliser le gouvernement provisoire et le rattachement des É.F.O à la France Libre.

« Contrairement à ce qui s'était passé en Afrique équatoriale et au Cameroun, où les ralliements, demandés par la population européenne, avaient été menés à bien grâce à l'appui d'éléments extérieurs à la colonie - émissaires du Comité de Londres, encouragements donnés par les autorités des territoires anglais voisins - à Tahiti, le mouvement de ralliement s'était fait sans contacts et sans appuis extérieurs, en vase clos.Il fallait maintenant rompre cet isolement, rechercher des aides extérieures, établir des liaisons avec les autorités de la France Libre à Londres, avec le gouvernement anglais, avec les gouvernements des Dominions voisins ».

de Curton :Tahiti 40
Document 8 : Des tÉlÉgrammes de soutien au gouvernement provisoire
Rikitea 4 septembre 1940.
Gouvernement provisoire.

Chefs districts et population entière Gambier me chargent vous transmettre message suivant :
« Depuis signature armistice avons toujours fortement espéré rattachement É.F.O. à comité France Libre Général de GAULLE pour continuation lutte - stop - Aujourd'hui apprenons nouvelle avec joie profonde - stop - Félicitons Gouvernement provisoire pour cause sacrée entreprise et le prions croire notre indéfectible loyalisme. »
Sanford.


Rurutu 4 septembre 1940.
Gouvernement provisoire.

Chef CirconscRIPtion Iles Australes tant en son nom qu'en celui population qu'il représente vous adresse félicitations et assurance loyalisme et dévouement à France Libre.
Ahnne.

Le document 8 représente des télégrammes de soutien au gouvernement provisoire datant du 4 septembre 1940. Le référendum du 2 septembre 1940 n'a eu lieu que sur Tahiti et Moorea. Ces télégrammes prouvent l'adhésion des archipels.

Document 9 : La reconnaissance du gouvernement provisoire par le gÉnÉral de Gaulle
Traduction originale
London 7 Septembre 1940

Gouvernement Provisoire de Tahiti
je vous remercie au nom de la France. L'unanimité apportée par la population de l'Océanie, française à se rallier marque une nouvelle phase dans le regroupement de l'empire d'outre-mer, afin que, aux côtés de nos alliés, nous puissions poursuivre la guerre jusqu'au succès final.
J'approuve la nomination de votre Gouvernement Provisoire.
Je vous donne l'assurance de mon assistance immédiate pour la protection de vos intérêts économiques avec toutes les nations alliées et particulièrement la Grande-Bretagne, d'accord avec la lettre de M. CHURCHILL en date du 27 Août.
Informez moi de vos besoins économiques les plus urgents et mettez-vous directement en rapport avec les gouvernements de l'Australie et des colonies anglaises voisines.
Il me sera utile d'avoir des détails sur l'étendue de l'effort militaire maximum que vous pouvez fournir sans compromettre les intérêts essentiels de l'Océanie française.
Veuillez mettre sous bonne garde toutes personnes susceptibles de nuire à la bonne marche de votre administration et au succès de notre cause.
Tous en avant pour la délivrance de notre pays et la restauration de sa grandeur et de ses libertés.

GÉNÉRAL DE GAULLE

N.B. La traduction «originale» fournie par le Consul Edmonds et reproduite ci-dessus diffère notablement du texte anglais.
Le texte français doit être rétabli ainsi : au 2e § lire: J'approuve votre désignation comme gouverneurs provisoires.
Quant au 6e § il précise : « l'ancien gouverneur, le commandant de la marine et éventuellement tout autre personne, doivent être maintenues sous bonne garde (gardés à vue) sur territoire français et il doit leur être absolument interdit de communiquer avec l'extérieur (de l'Océanie française) jusqu'à ce que des instructions pour leur transfert aient été reçues ».

Le document 9 est la reconnaissance du gouvernement provisoire par le général de Gaulle le 7 septembre 1940. Il est parvenu à Tahiti par l'intermédiaire du consul britannique installé à Papeete. Il apporte des réponses précises au gouvernement provisoire concernant les rapports avec les Dominions du Pacifique, l'effort militaire à fournir par la colonie et l'attitude à adopter vis-à-vis des personnalités non ralliées.

Document 10 : Avis d'appel À la population annonÇant l'arrivÉe À Papeete d'un croiseur britannique
10 septembre 1940
Affiche annonÇant l'arrivÉe À Papeete d'un croiseur britannique.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

LIBERTÉ- ÉGALITÉ- FRATERNITÉ

ÉTABLISSEMENTS FRANÇAIS DE L'OCÉANIE

APPEL À LA POPULATION

Un navire de guerre britannique arrivera sous peu à Papeete.
Il vient pour sceller d'une manière définitive l'alliance de la France que notre colonie vient de renouveler avec la Grande-Bretagne et ses Colonies.
Il est du devoir de tous les patriotes d'accueillir avec enthousiasme les représentants d'une nation qui, à cette heure, verse sans compter son sang, sa vie et son or pour la défense de la liberté, de la démocratie et de la justice.
Nous invitons toute la population de Tahiti à venir acclamer nos alliés et leur témoigner notre sympathie et notre admiration.
Dès l'arrivée du bateau et pendant les 48 heures suivantes les édifices publics et les maisons particulières seront pavoisés. Aucun Français vraiment patriote n'a le droit de rester neutre ou indifférent car, à l'heure ou nous vivons, la neutralité est une lâcheté ou une trahison.

AHNNE - LAGARDE - MARTIN - BAMBRIDGE.


PAPEETE. IMPRIMERIE DU GOUVERNEMENT


Le document 10 est un avis d'appel à la population annonçant l'arrivée à Papeete d'un croiseur britannique. Il s'agit du croiseur Achilles qui transporte le secrétaire général du gouvernement néo-zélandais. L'accueil qu'on demande à la population de lui réserver doit prouver le ralliement des É.F.O à la France Libre et permettre l'approvisionnement de la colonie.

Document 11 : Ordre de mission adressÉ à É. de Curton
FRANCE LIBRE
Papeete, le 19 octobre 1941
POSSESSIONS DU PACIFIQUE

Le Haut Commissaire

ORDRE DE MISSION

Objet: Voyage à LONDRES du capitaine médecin de CURTON, ancien gouverneur des É.F.O. 1. Conformément à l'ordre que vous avez reçu du capitaine de frégate, commandant de la Défense du Pacifique, vous devez rallier LONDRES, le plus directement possible pour vous y présenter au général de GAULLE.
2. Par le présent ordre de mission, je précise que c'est en qualité d'ancien gouverneur des É.F.O. que je vous dirige vers le Quartier Général.
3. Mon but est de vous permettre ainsi a) de produire personnellement devant qui de droit tous les moyens de défense en votre pouvoir contre les accusations dont vous et plusieurs de vos collaborateurs avez été l'objet de la part du gouverneur général R. BRUNOT en mission à Tahiti.
b) de relater par ailleurs, la manière dont, en vertu des « pleins pouvoirs » il a été procédé aux arrestations, relèvements de fonctions, internements etc... 4. Vous auriez formé un complot en vue d'écarter de la colonie le Représentant du général de GAULLE et entretenu par l'entremise de M. MARTIN (Émile) des relations suspectes avec les consuls de VICHY à SAN FRANCISCO.
5. Je vous ai personnellement fait connaître mon opinion, je dis opinion, sur ces matières. Je puis vous donner l'assurance qu'au Quartier Général nul n'oubliera que vous fûtes en septembre 1940, l'un des plus actifs promoteurs du ralliement de l'Océanie française au général de GAULLE.

Le capitaine de vaisseau d'ARGENLIEU
Haut-Commissaire de France pour le Pacifique.





Le document 11 est l'ordre de mission adressé à E. de Curton , ancien gouverneur des EFO par le capitaine d'Argenlieu le 19 octobre 1941. De Curton doit se rendre à Londres, après l'épisode du gouverneur Brunot pour justifier de son action pendant qu'il était au pouvoir.

Document 12 : Lettre de soutien du gÉnÉral de Gaulle À É. de Curton
4. CARLTON GARDENS. SWI.
WHITEHALL 3444.
Le 17 mars 1942.

LE GÉNÉRAL DE GAULLE
FC/GC.. No. 1607 /CAB.

Mon cher Curton, J'attends pour me prononcer définitivement, de connaître les conclusions du Conseil d'Enquête, mais je tiens à vous dire dès maintenant que je n'oublie pas quel a été votre rôle et celui de vos anis dans le ralliement à la France Libre de nos possessions d'Océanie.
J'apprécie, d'autre part, l'esprit de discipline que vous montrez dans les circonstances présentes.
Croyez, mon cher Curton, à mes sentiments bien cordialement dévoués.


Monsieur le Médecin Capitaine E. de Curton,
Ancien Gouverneur des É.F .0.

Le document 12 est la reconnaissance, le 17 mars 1942 par De Gaulle du rôle décisif de de Curton dans le ralliement des É.F.O. à la France Libre.



Dernière mise à jour : ( 29-11-2007 )
 
< Précédent   Suivant >